Premier bilan Hadopi

Catégorie : Hadopi Actualités

Bilan Hadopi

Un des résultats du premier sondage hadopi montre que les comportements illégaux concernant le téléchargement des œuvres protégées comme les films, la musique, ou les séries n’a pas ralentie depuis le lancement d’Hadopi, mais ces pratiques se sont en réalité diversifiées,

ainsi le téléchargement depuis les réseaux P2P a baissé ( pour rappel ce sont pour le moment ces seuls réseaux qui sont surveillés par Hadopi )
mais ce sont les sites de « direct download » comme Megaupload ou Radpishare qui servent au téléchargement ou les sites de streaming comme Megavideo qui sont aujourd’hui utilisés massivement pour visionner les films .

Première conclusion

Si aujourd’hui Hadopi à gagné en notoriété et a en partie remplie sa mission de pédagogie auprès des internautes en faisant prendre conscience de l’illégalité du téléchargement, les comportements de consommation ont évoluées mais les pratiques illégales n’ont pas diminuée. Dans les faits le cadre de surveillance des réseaux P2P reste restreint et ne concerne qu’une partie des actes illégaux.
Hadopi est donc technologiquement en retard et a n’en pas douter le dispositif devra évoluer pour couvrir l’ensemble des pratiques illégales, ces évolutions devront intervenir aussi bien du point de vue juridique que du point de vue technique ,ces deux aspects constituent un véritable pari pour la Haute autorité qui devra lutter contre des comportements illégaux répandus dans la population des internautes et cela constitue  également un défit technologique pour tenter de maitriser des échanges et une communication aujourd’hui globalisés.

Evolutions d’Hadopi

Dans tous les cas ces solutions légales ou technique seront confrontées aux libertés individuelles des internautes et ne pourront être efficace qu’au travers d’un dispositif de surveillance des ordinateurs des internautes ou bien au travers de l’obligation des fournisseurs d’accès d’effectuer eux-mêmes un contrôles et pourquoi pas le blocage de certains sites illégaux ?
Cela augure en tout cas de nombreux débat à venir sur cette question des droits d’auteurs sur internet et sur la réglementation d’internet en général ,qui  jusqu’alors échappait en grande partie au control des autorités et l’on constate peu à peu désormais que les mêmes questions commence à se poser dans la plupart des pays européens.